Bouygues Bâtiment : Gaëtan SIMON, Chef de chantier Bouygues Bâtiment Grand Ouest

Autres

Nous avons fait appel à l’Agence Inserim pour la réalisation d’un chantier pour lequel nous devions intégrer 20 000 heures d’insertion.
L’équipe d’Inserim a préalablement étudié les CV et trié les candidatures. Différents profils m’ont été présentés, avec ou sans qualification, expérimentés ou non, des jeunes et moins jeunes, voire une personne de 55 ans.
J’ai apprécié la proposition d’Inserim de rencontrer les candidats sur le chantier, ce face à face car tout de suite vous décelez la personnalité de chacun, vous échangez très vite. 
Lorsque l’on pose la question à Gaëtan SIMON des contraintes dans le recrutement des personnes en difficulté d’insertion, il répond : «J’étais très réticent, je croyais rencontrer des personnes non respectueuses, pas motivées... pour moi, c’était un véritable frein. Finalement, j’ai été impressionné. J’ai rencontré des gens moteur. Dès le début, nous nous sommes entendus, parlés. Les personnes se sont accrochées d’autres pas assez, c’est dommage, nous avons eu deux ou trois échecs.  Cela dit, pour celles qui ont fourni des efforts, je suis fier d’avoir contribué à leur évolution, de les avoir aidées dans la construction d’un autre avenir. Je reprendrai à nouveau des personnes issues de l’insertion professionnelle».
Et quand il s’agit de conseiller les personnes en recherche d’emploi, Gaëtan SIMON n’hésite pas à dire : «Le principal moteur est la motivation, ne pas «rechigner» à la tâche, même des tâches difficiles, ne pas se décourager. On a tous un potentiel à exploiter, on démarre en tant que petit manoeuvre. La hiérarchie remarque les efforts accomplis, fait confiance et donne d’autres tâches et de nouvelles responsabilités. 
On attend des personnes qu’elles soient respectueuses des horaires, des consignes, qu’elles soient polies, sociable «un simple Bonjour» et qu’elles sachent se présenter et parler correctement».